Brève présentation

Chaque année, plus de 300’000 femmes meurent dans le monde des suites de complications engendrées par la grossesse, l’accouchement ou le postpartum. 99% de ces femmes vivent dans des pays pauvres et sous-développés.

Bien que la mort maternelle soit un problème de santé publique qui touche toutes les classes sociales, les femmes appartenant à des milieux sociaux défavorisés sont davantage exposées à ce fléau. Il est ainsi démontré le lien profond qui existe entre mort maternelle, pauvreté et inégalité dans l’exercice du droit fondamental à se reproduire.

Au Nicaragua, il existe de grandes inégalités dans l’accès aux services de santé publique, en particulier à l’égard de la population rurale : dix femmes sur dix qui meurent en couches sont issues des régions rurales du pays. Si les morts maternelles diminuent de manière significative (100 décès pour 100’000 naissances en 2012 contre 190 en 1990), des écarts importants persistent encore entre zones urbaines et zones rurales. Depuis 1990, il n’y a en effet pas eu de progrès dans l’aide à l’accouchement des régions périphériques : à la campagne, seuls 40% des accouchements sont supervisés par un médecin, contre 75% en zone urbaine. 20% des femmes accouchent seules à la maison.

Les maisons de mères se situent dans les zones rurales du nord du Nicaragua. Elles aident à mettre en place les mesures nécessaires pour prévenir les morts maternelles. Ces maisons garantissent la présence de personnel médical pendant l’accouchement, offrent un hébergement et des soins aux femmes vivant une grossesse à risque et organisent des séances informatives sur la contraception et la planification familiale.

Sottoprogetti

Maison de mères « Mary Ann Jackmann » de Matagalpa

Depuis 2001, nous finançons la gestion de la Maison de mères de Matagalpa. Nous y soutenons également l’organisation de formations pour les sages-femmes et de visites du personnel médical sur le terrain au sein des communautés. Les activités de la Maison de mères de Matagalpa sont principalement destinées aux femmes confrontées à des grossesses à hauts risques (GHR), vivant dans des régions isolées et éloignées où il est difficile de pouvoir compter sur la présence de personnel médical formé et d’hôpitaux à proximité. Le but est d’éviter les complications lors de l’accouchement et, dans de nombreux cas, la mort de la mère et du nouveau-né. Les femmes présentant une grossesse à risque, sont diagnostiquées par le personnel de la Maison. Dès leur 36ème semaine de grossesse, on leur offre un hébergement, un soutien médical, et le transport à l’hôpital pour l’accouchement. Chaque année, la Maison de mères de Matagalpa accueille environ 600 femmes enceintes.

Maison de Mères de Quilalí

Depuis 2005, nous soutenons La Maison de mères de Quilalí. Cette structure a joué un rôle primordial dans la prise en charge obstétrique des mères, tout particulièrement celle des adolescentes (au Nicaragua, la moyenne des accouchements par des adolescentes atteint les 25%). Ainsi, parallèlement à la prise en charge des femmes enceintes, la Maison de mères de Quilali envoie aussi des sages-femmes sur le terrain, à la rencontre des adolescentes, des femmes en âge de procréer et des hommes (éducation communautaire). Elles y dispensent des cours d’information sur la santé, l’accouchement, la prévention et le planning familial.

Au sein de cette structure, un groupe d’infirmières offre assistance aux femmes qui sont accueillies, prend en charge leur transfert au central médical ou à l’hôpital pour l’accouchement, s’occupe d’elles et de leur bébé une fois qu’elles ont quitté l’hôpital et suit leur retour en communauté. Des rencontres sont également organisées pour discuter des risques pendant la grossesse ou le post-partum et pour former sur les questions relatives aux soins du nourrissions et au planning familial. Les femmes enceintes sont accueillies à la Maison de mères à partir de leur 36ème semaine de grossesse, ce afin d’éviter des accouchements à domicile sans encadrement médical professionnel et dans quelques cas – malheureusement pas si rares – la mort de mères en état de malnutrition.

Chaque année, la Maison de mères de Quilali accueille en moyenne 350 femmes enceintes et environ 100 consultations externes sont dispensées.

Souscrire un parrainage


Faire un don libre

Con una donazione libera, ci consentirai di sostenere globalmente i nostri progetti aiutandoci così in modo flessibile e rapido.

Spesso un progetto prevede attività e costi che non sono coperti dai padrinati, oppure vengono segnalate emergenze o bisogni straordinari. Per far fronte a queste necessità vengono utilizzati i fondi delle donazioni libere.

I contributi versati alle organizzazioni di pubblica utilità sono deducibili dalle imposte nella maggioranza dei cantoni e all’estero. Consultare i dettagli presso i servizi locali delle contribuzioni. La nostra Associazione ha ricevuto il riconoscimento di pubblica utilità dal Consiglio di Stato del Cantone Ticino in data 22.11.1989. Alla fine di ogni anno vi spediremo un attestato di donazione.
Per i versamenti singoli fino a Fr. 500.- non invieremo un ringraziamento, se non espressamente richiesto.Vorremmo così operare un risparmio sulle spese postali. Grazie per la comprensione!

Documentazione

    Devenir bénévole

    « La première attitude à adopter pour celui qui coopère, le bénévole, est de procéder à une autocritique d’envergure. […] Cette disposition à se comporter comme ‹ celui qui apprend › est fondamentale. Cela permet d’atteindre d’autres types d’échanges culturels et de connaissances, en faveur d’une vision plus globale de l’expérience de la vie. » — Leonardo Boff

    Depuis plus de trente ans, nous promouvons le rôle du bénévolat au sein de nos activités sur le terrain. Progressivement, et en collaboration avec nos partenaires locaux, nous avons établi les exigences suivantes dans le but d’assurer le bon déroulement de l’expérience de volontariat au sein de nos projets :

    Il faut être majeurs et en bonne santé. Une bonne connaissance de la langue espagnole est exigée, tant dans l’écrit que dans l’oral. De bonnes aptitudes au travail en groupe et à l’échange, ainsi qu’une sensibilité marquée pour des contextes culturaux différents sont aussi attendues.

    Les candidatures (en français ou espagnole) peuvent être envoyées à notre secrétariat sous forme de dossier composé par une lettre de motiviation et d’un Curriculum vitae. Il est nécessaire de s’annoncer avec un délais d’au moins 6 mois avant le début souhaité pour la période sur le terrain. La candidature ne pourra être confirmée qu’après un entretien de présentation avec la coordinatrice des projets.



    Documents en PDF

      Formulaire de contact

      Faites-nous parvenir vos demandes pour obtenir plus d’informations sur nos projets ou la manière dont les soutenir.

      AMCA
      Tel +41 91 840 29 03
      Fax +41 91 840 29 04
      E-mail: info@amca.ch

      Personne de contact :
      Manuela Cattaneo Chicus
      Coordinatrice de projets – AMCA